Premier cours Magistral d’impostologie

mercredi 3 mai 2006, par Professeur Eddy Nonante

Chers élèves,

Soyez les bienvenus à votre premier cours d’impostologie.

La terminologie

Il est impératif de ne pas confondre la science de l’imposture avec celle d’impostologie. En effet, si la première tend à les créer, la seconde, elle, s’acharne à les traquer en visant le rétablissement de la vérité.

Le corps

Quelle vérité, me direz-vous ?
La seule, la vraie, la multiple, bref, celle qui vous arrange.
Certains diront que l’impostologie est, parce que basée sur le farfulisme, une science inexacte. A cela, je répondrai : Imposture ! Rien n’est plus faux. L’impostologie se base sur des faits, des constatations de savants éminents (dont d’ailleurs cette Faculté regorge), une mauvaise fois dont toute société a besoin pour préserver un système démocratique et, dernier mais non des moindre, un intellect imaginatif.
C’est sur ces quatre bases concrètes que l’étudiant en impostologie forgera son esprit critique, débusquera les nombreuses impostures qui parsèment notre monde depuis la nuit des temps et rétablira la vérité au prix d’efforts incessant pour légitimer cette nouvelle vérité sienne.

Les moyens

Rien n’est à négliger. Utilisez tous ce qui est à votre disposition : Documents écrits, photographiques, audiophoniques, audiovisuels...
Ne commettez pas l’erreur souvent commise en début d’étude de vouloir utiliser l’entièreté d’un document. Bien souvent, un document parcellaire et ôté de son contexte est bien plus probant que si vous l’utilisiez en entier.
Attention, ne soyez pas mufle. Si vous citez une source afin de rétablir une vérité qui n’est pas la sienne, évitez de la mettre dans l’embarras, changez son nom et ses coordonnées. Traqueurs de vérité, certes, mais restons humains...

Retenez cet axiome :

« Une preuve bien ficelée est plus déterminante qu’une vérité caduque. »

Le travail à domicile

A l’occasion de votre premier cours et afin de déterminer vos acquis, je vous propose le devoir suivant :

« Clément Ader, 1890, le premier humain à quitter le sol sur une machine volante. »

Cette proposition, vous l’aurez deviné, est évidemment fausse. En effet, le premier être humain à avoir survolé le plancher des vaches sur une machine volante n’est autre que notre compatriote Michel de Pigeon, aristocrate de Thy le Château, et ce, dés la fin 1830.

Chers élèves, à vos stylos.
Analysez, recherchez, composez, prouvez.

Envoyez-moi vos devoirs à l’adresse suivante : pak_triangle@hotmail.com, je me chargerai de les publier sur le site de notre Faculté.

Merci de votre attention et bon travail.

Professeur Eddy Nonante. Docteur en Impostologie.


Pour votre information, voyez "La collection interdite" d’Alexandre Humboldt-Fonteyne aux éditions Labor.

Portfolio

  • La collection interdite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden