Chronique dévolue à l’évolution linguistique

lundi 21 août 2006, par Professeur Rudy Van Trouvé

Cet été 2006, nous, Professeur Van Trouv2, sommes bien le seul à avoir utilisé à bon compte les fabuleux subsides dévolus à notre Faculté par la Romaine Arena Marie.

Ainsi, nous avons choisi au hasard une commune de Belgique, FRAMERIES , pour y capter l’évolution du langage belge en 2006.

Y a pas d’souci  : cette expression est fort usitée en Belgique, mais aussi en France. Elle est mise à toutes les sauces, comme dans les meilleures fritures, et perd donc de son poids et de sa pertinence pour gagner en incontinence.

C’est pas un problème pour moi  : voilà l’expression qui, progressivement, remplace la précédente. Elle vous permet de rouler des mécaniques en affirmant que vous êtes capable de faire face à toutes les situations. Bref, nous avons pu en déduire que les habitants de Frameries sont assez relax en ce moment.

"Je n’ai pas catché !" ... vous ne pigez pas ? C’est normal ! Aujourd’hui, on ne pige plus rien, on ne cpate plus rien non plus, on se saisit rien ... on catche !

Ca me dégoûte  : on ne dit plus "je suis choqué, ça me gonfle, j’en ai marre, ils me cassent les pieds." On dit en 2006 : "Putain j’suis dégoûté."

C’est live  : finie l’expression "trash." A présent, lorsqu’une situation est explosive (du désordre sur votre bureau, par exemple), dangereuse ( une bagarre de hooligans), fatigante (votre boss vous assome de boulot), merveilleuse (un bon souvenir de vacances), vous vous exclamerez : "C’est live !" Une variante successful est "Quel carnage !", employé dans un sens aussi négatif que positif : quand le fait évoqué est, vraiment, impressive.

D’office !  : aujourd’hui, tout est D’OFFICE ... les frites sont bonnes ? D’office. On ne doit pas oublier un détail ? D’office. Tu aimes TINTIN ? D’office. La Belgologie c’est con ? D’office !

Tranquille  : à prononcer "treennquileu". Signifie : c’est bon, ok, je vais le faire, ce fut bon, je m’en branle, qu’ils aillent se faire foutre, remplace progressivement le célèbre "à l’aaaiiizzzeee !" issu, à juste titre, de Molenbeek. Of course, il s’agit d’une imitation du langage provencal, pour peu que les sans ton causent à leurs semblables !

Motived !  : à prononcer : "Motaaayyyyfffff !". Signifie que la personne est soit motivée, soit prête à se convaincre d’une motivation qu’au fond elle n’a pas ...

"Méchant !"  : parfois précédé de "putain c’est méchant ici." Cela veut dire quoi ? Que la situation a changé, que de nombreux buildings ont été construits, que l’équipe adverse était vraiment bonne, que le gars est vraiment "stone" à caus de l’Haldol etc ... Marque l’étonnement.

Fumer une bûche  : aujourd’hui, le célèbrissime pétard n’est plus à la mode. On fume des bûches ...

Y a moyen de lyncher  : voilà une expression qui signifie que, par exemple, dans un festival de rock, toutes les possibilités vous sont offertes de vous amuser à donf.

Enfin, il y a le sublime "GK" . Vous croisez un clodo en rue ? Votre sportif préféré vous déçoit ? Votre oncle devient fou ? Votre boulanger a encore augmenté ses prix ? Alors ce sont tous des GK . Abréviation de " Gros Cas. "

A suivre, sans nul doute.

Professeur Rudy Van Trouv2

JPEG - 38.1 ko
Le fameux Professeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden