PETIT GUIDE DES PARCS D’ATTRACTION TERRESTE, 1

mercredi 23 août 2006, par Professeur Rudy Van Trouvé

Cet été, le Professeur RUDY VANTROUV2 a mené une très longue et très épuisante étude de milieu dans les Parcs d’Attractions Belges.

Avant toute chose, il est bon de définir ce qu’est un tel "Parc." C’est une pompe à fric, à ne pas confondre avec la pompe à trique, cet horrible objet en vente sur les sites porno et qui vous permet de vous faire grossir le pénis. Pompe à fric ? En effet, tout belge de condition modeste et n’ayant pas les moyens de se payer de vacances au Liban, ou à la pension des Lits Blancs, ou quoikèsse, est fortement tenté d’emmener sa famille dans un Parc. Car ils sont attirants, ces salauds ! Or, une bonne journée dans l’un de ces camps de la mort qui pue coûtera à 5 personnes le même prix que deux billets d’avion pour Barcelone, par exemple.

Normalement, une étude de milieu dans un Parc se conduit en groupe. Le rendez-vous doit être donné assez tôt, trop tôt si possible, vers 6 heures du matin, pour qu’on la sente passer, la grosse expérience. Là, le Professeur RUDY compte ses étudiants, plusieurs fois, de peur d’en perdre un dès le départ. RUDY salue le chauffeur de l’autocar, il prononce quelques mots au micro, souhaite la bienvenue, donne quelques consignes d’usage banal, comme celle de ne pas uriner dans les cendriers du bus, d’ailleurs la société à scellé les cendriers.

Commence alors le voyage, court, ou long, ou court-bouillon, c’est selon. Certains stagiaires en Belgologie dorment déjà, d’autres gueulent : - Connard de chauffeur, change de poste ! Contact2 c’est de la merde ! Il y en a qui ouvrent des paquets de chips de chez Lidl, des qui bouffent déjà leurs tartines, des qui hurlent sur leur gosse, qu’ils ont apporté clandestinement, et sans demander l’avis de RUDY.

On arrive bientôt, car un panneau brun nous indique notre camp d’exténuation : WALIBI .

Dans l’épisode suivant, nous vous révélerons les conclusions de cette journée de juiller 2006 à WALIBI , vous en serez baba.

Sur les photos ci-dessous, on verra :

- le dégoût d’un Belgologue à l’idée d’ouvrir les grilles du camp d’expectativation nommé WALIBI

- un enfant, qui dès les premières minutes, a voulu fuir WALIBI, quand il a compris qu’il était tombé dans un piège de parc de merde à la con, loin de la vraie vie.

à suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden