Pratique des parcs aquatiques

mercredi 30 août 2006, par Gilles Debinch

Le "yin" des parcs terrestres.

Dans la série des parcs occupationnels, je peux témoigner sous couvert d’anonymat, encadré par les meilleurs avocats et gardes du corps (blondes si possible), des choses de la "Grande Piscine", qui s’est imposée dans un faux village sous les boules en aluminium de l’atome de fer entre différents palais de Bruxelles capitale.

En effet, j’ai fait partie du nombre, parfois même pas minimum, des sauveteurs, parfois même pas brevetés... tous étudiants-jobistes sauf un où deux, qui doivent intervenir des dizaines de fois par jour pour que les apprentis oisifs de quelques années puissent encore égayer les yeux émus de leurs procréateurs inconscients des profondeurs d’un tel lieu. Ces derniers, tout repus des quelques frites-fricadelle au chlore (préparée par le diététicien néophyte du jour... étudiant-jobiste lui aussi) qu’ils viennent d’ingurgiter avec une bière ou un coke king size, ne savent pas que le mots d’ordre récurant des chefs du groupe (qui change de nationalité tous les 3 ou 4 ans)propriétaires est : "You cut in ze budget"...

Concrètement, pour la modeste somme de 14,50€ par personne de + de 1.15 m (mais que fait le Ministère de l’égalité des chances ?), vous avez le droit de vous débarrasser de votre infernale progéniture pendant 4h maximum. En plus des biens faits de l’activité aquatique ou subaquatique, et bien que la piscine ne peut accueillir que 800 personnes, votre engeance pourra y faire des rencontres réellement multiculturelles parmi une moyenne de 1000 à 1200 brayards polyglottes estivaliers, notamment dans les toboggans, le sauna ou le bain à bulles quand ils fonctionnent.

Pour éviter une sieste dramatiquement improductive, outre le ravissement du fabuleux décorum exotique en plastique, l’explosion continuelle des joies enfantines en semi-liberté, pointons également la délicatesse des annonces réverbérantes des super-animations s’ouvrant tous les quarts d’heure.

Attendez-vous également à passer de bons moments lorsque votre marmot (qui a oublié bizarrement les engueulades, frayeurs, commotions cérébrales, bleus et petits bobos multiples... mais, par contre, se souvient très bien des investissements marketting du brute parc en question) utilisera tous ses neurones disponibles pour vous faire plier dans votre promesse de ne pas revenir avant un an au moins.

Conseil de pro : s’il vous reste assez d’heureux euros, n’offrez pas de grande boisson hyperglycémique, la baisse d’énergie tant espérée chez votre babillant bambin ne s’en fera que plus attendre !

Tout ça ne vaut pas un clair de lune à l’Eau d’Heure ! Mais ça ne fait pas de vague.

NDLA au Doyen de la faculté : Au fait, pour mon témoignage je suis prêt à en dire plus, pourriez-vous faire une demande auprés du ministère de la justice (ça a marché pour le négociateur et le chauffeur de l’assassin d’André Cools) ? Un p’tit kékchose quoi... 1 ou 2 millions par exemple. C’est pas pour moi, mais pour aider les pauvres... à Mons (Intra muros, j’entends !), pour leur construire une piscine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden