Le parcour migratoire des tortues marines ...

vendredi 22 mars 2013, par Bistrot Le®Bourlingué, Professeur Rudy Van ZouZou

passe aussi par la belgique.

Je ne m’explique toujours pas pourquoi les tortues marines nidifiant habituellement dans les îles de l’océan Indien passent maintenant par l’une de nos petites bourgades avant de pondre.

Il semblerait qu’elles apprécient chez nous une certaine lenteur et qu’elles ne se sentent plus dépassées, contrairement à nos politiciens.

Le problème actuellement c’est qu’elles confondent les victimes des longues files d’attente administratives pour des congénères qui attendent leur tour de ponte.

Elles envahissent nos « frit-kôt » pour nos mets succulents qu’elles apprécient. A ce rythme, nous serons bientôt en pénurie, étant donné que le P.I.B. du pays est calculé sur cette matière première nous, connaîtrons d’ici peu un crash boursier.

Du fait du retard conséquent à ce petit détour, elles n’auront bientôt plus le temps nécessaire pour effectuer le parcours finale de nidification. De ce fait, un début de solution nous à été proposé et consisterait en la mise à dispositions du service de la SNCB. J’ai dû rappeler à mes interlocuteurs, que la nidification avait lieu cette année et que les tortues ignoraient l’utilisation des bons (Bons de dédommagement pour cause de retard) et ne possèdent ni internet, comme c’est souvent le cas chez les personnes âgées, pour remplir ces foutus formulaires.

C’est quand même fou qu’a l’heure de la communication globale, l’on soit limité à internet où à l’accueil désagréable du guichet des chemins de fer !

Comme tout bourlingué qui se respecte, je décide de prendre la route houleuse et sauvage de l’aventure.

Arrivé à mon port de débarquement, dans cette contrée hostile, je fais un appel de la main à un des moyen local de locomotion, une smart !

Voyant la taille de mes valises et la minuscule voiture je pose la question au chauffeur de taxi :
« Vous n’avez pas de malle arrière sur ce type d’engin ? »

Le chauffeur : Non, mais j’ai la malaria ! Allez ducon, mets tes bagages sur le toit !
C’était la première foi que je montais à bord de ce type d’engin et pas trop rassuré, par l’aspect peut sécuritaire je lui demandai
Elle a l’AirBack au moins ? 
Le chauffeur : Non, mais avec toi à on à l’air con !
Peur qu’il ne roule trop vite, je lui lui donnai encore une occasion de me ridiculiser.
Bourlingué : vous montez à combien ?
Le chauffeur : A cinq maxi ! Deux devant et trois derrière, si on pousse un peu bien entendu !
Après avoir réglé la course, le chauffeur ajouta son petit commentaire d’adieu :
« Dis, je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais enlève ton accoutrement de colonialiste, tu ressembles à Tintin au Gongo ! Et dans le cartier Matongué de Bruxelles, tu ne vas pas faire long feu !  ».

Arrivé chez mon ami, mais néanmoins imminent spécialiste des démarches ridicules, il apporta la réponse sur la déviation des tortues marines.

Il semblerait que sur l’un des sentiers qu’elles empruntent pour se rendre sur les plages, atterrissent actuellement des éléphants qui se sont mis à pratiqués le saut en parachute. a suivre .... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden