Pour solde de tout con...

mardi 2 avril 2013, par Professeur Rudy Glucorticoide

Cher professeur,

Voici bien des années déjà que j’ai monté, avec mon beau-frère, une petite entreprise d’automobile sous le nom Sava-Paytay & cie.

Nous avions toutes les chances de notre côté, de nombreux appuis politiques pour bénéficier de l’argent public tout en invoquant des prétextes fallacieux de relance économique.

Nous avons même appliqué à la lettre les théories du célèbre économiste Milton Friedman et lu ses nombreux ouvrages : Capitalisme et liberté, La liberté du choix, ...

Cela nous a beaucoup aidé pour délocaliser notre entreprise en Chine.

Nous avions également agi à la manière du gouvernement, en prenant exemple sur la menace du séparatisme pour que les wallons avalent plus facilement la pilule des réformes.

Mais voilà, après quelques années, nous n’étions plus les actionnaires majoritaires et les politiques nous ont laissé tomber. Finalement, nous nous sommes fait racheter par Toyota où j’ai pu, dans un premier temps, conserver un poste de directeur pour finalement, faute de résultats satisfaisants, devenir ouvrier à la chaîne.

Aujourd’hui, je subis à mon tour le régime de la terreur que j’ai cru bon de mettre en place.
Vous vous rendez compte ? Moi qui avais pourtant tout lu sur l’économie de marché, sur les techniques du système capitaliste, appliqué toutes les règles de la pressions salariale à la virgule près, regardé 254 fois le film Capital et Cosmopolis.

Mais face à la voracité de ces vautours, j’ai tout perdu. Si bien qu’à l’heure où je vous écris, je suis victime du syndrome de « birdy » et je me prends pour un oiseau (voir un pigeon)
Aidez-moi s’il vous plaît !

Où ai-je merdé ?

HELP !


Cher crétin avare,

Les symptômes que vous manifestez, sont les séquelles de votre entêtement à ne pas voir la réalité en face, nous appelons cela « Un des nids d’oiseau ».

Alors voici la réalité :

La première chose à savoir en politique, c’est que - je me permets une analogie avec les poudres à lessiver - quelle que soit la marque, c’est toujours la même multinationale qui produit la même « merde » !

C’est très bien d’avoir pris de la documentation cinématographique avant de vous lancer. Mais vous avez oublié Highlander, vous auriez alors su qu’il ne pouvait en rester qu’un et malheureusement, c’est pas vous !

Il y a aussi la Malédiction du Pharaon Toutânkhamon, lequel démontre qu’un système capitaliste est toujours pyramidale et que le pharaon, ainsi nommé des dieux, et lui seul a tout pouvoir sur son peuple.

Mais nous, nous ne pratiquons pas de la sorte tant dans notre faculté que dans nos unités de production d’OxOmeli et d’OxOmeliet. Nous sommes tous sur le même pied d’égalité, tous solidaires dans le même galère en quelque sorte. Sauf le doyen, ça va de soi !

C’est ainsi que nous pouvons berner notre patron, le doyen, en lui faisant croire que nous faisons le maximum pour sa production, alors que nous glandons toute la journée. C’est un peu ça la solidarité ! C’est en faisant croire au chef qu’il est chef et qu’il a tout pouvoir que nous conservons nos libertés et ça, c’est pas le gros Milton qui l’aurait compris !

Cordialement,

Professeur R. Glucorticoide.

Pas pipi, pas caca, tu travailles pour Toyota.

Pas pipi, pas caca, je travaille pour Toyota.

na na na, na na na ... (sifflement)

Toute ressemblance avec un système politique existant ou ayant existé n’est que pure coïncidence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden