Les obsèques de Guy Niole

mardi 26 mars 2013, par Chargé de cours Claudy Deswael

Nous avons assisté hier après-midi, aux funérailles de notre collègue Guy Niole.

Le rite funéraire fut retardé en cause d’un quiproquo entre les pompes funèbres et Raoul Tabie, notre technicien de surface, quand l’organisateur de la cérémonie lui demanda, s’il avait une idée de ses convictions philosophiques. Raoul lui répliqua : « D’ji n’sais n’in dj’ su in formation m’fî ». Notre homme compris alors qu’il était Franc Maçon et s’en alla contacter le maître de la Grande Loge pour l’office spirituel.

Heureusement, notre doyen intervint à temps et s’en est suivi un dialogue de sourd remarquable :

  • Non je vous dis, M Niole n’était pas maçon !
  • Avec tout le respect que je vous dois, M le Doyen, je ne parlais pas de maçon en bâtiment, mais maçon de la Loge des Francs-maçons !
  • Dis ! Tu me prends pour un con ? Je te dis qu’il ne faisait pas partie de la Loge !
  • Comment pouvez-vous en être sûr ? C’est une organisation secrète !
  • Tu vas trop sur le Web toi ! Je le sais un point c’est tout, je ne l’ai jamais vu en Loge, voilà !

Enfin le malentendu dissipé, la cérémonie put débuter.

Il eut un moment d’intense émotion quand les membres de la chorale de la FUB entonnèrent « Cho cacao » la chanson d’Annie Cordy préférée de Guy Niole.

Le doyen, la gorge nouée, récitât solennellement ces quelques vers :

« Au bord de la plage
Y’a des coquillages
Et des caïmans
Des serpents rampants
Du soir au matin
Dans tous les recoins
Les grands boas, les pandas
Les babouins les pingouins
Chantent tous ce refrain
Tu vas nous manquer Guy Niole ! »

Finalement, nous avons quitté notre belle ville de Mons pour le beau pays de Charleroi, dans une usine désaffectée, où jadis la SPAQUE stockait ses terres intraitables. Usine que notre recteur, Bart Van Cocariat, acheta pour une bouché de pain afin d’y cultiver de la digitale.
C’est également là que sont implantées nos ruches produisant l’excellent miel de l’OxOmeli aux principes-actifs stimulants de digitaline.

L’équipe des pompes funèbres déposa délicatement le cercueil au fond de la fosse, creusée à la pelleteuse à cause du sol gelé, à coté de la tombe de Pitou, l’abominable basset artésien du doyen.

Le moment était pénible ; La famille du défunt pleurait de douleur, le doyen lui, pleurait sur la tombe de Pitou, tandis que nous présentions nos condoléances à la famille endeuillée.

Nous sommes tous rentrés silencieux à la Fac, un pincement au cœur en voyant les vide-greniers délester le bureau de notre collègue regretté.

En fin de journée, le recteur et le doyen nous annoncèrent que la fonction de Guy Niole sera assumée par Raoul Tabie et que son ancien bureau servira pour le stockage de l’OxOmeli. Notre homme d’entretien ayant pris l’habitude du télé-travail, il n’avait donc pas besoin du bureau de son prédécesseur.

Voilà ce qui conclut des funérailles fort émouvantes.

Paix à ton âme Guy, nous te regretterons à tout jamais.

Claudy Deswael
Pour les chroniques de la FUB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden