Des nouvelles du front du Brésil

lundi 23 juin 2014, par Chargé de cours Claudy Deswael

Ce fut une longue nuit d’ivresse pour les supporteurs de notre équipe nationale. Quelques cortèges d’automobiles, brûlant les précieux litres d’essence, défilaient dans nos rues et ceintures, arborant très fièrement les couleurs de notre drapeau.

Quelques-uns, beaucoup trop imbibés, n’ont pas hésité pas à mettre leur vie en péril pour saluer l’exploit, aussi modeste soit-il, des Diables Rouges .

D’ailleurs, j’ai encore cette vision terrifiante d’un homme, le verre à la main , semblant se tenir debout sur les panneaux de signalisation suspendus de l’entrée du tunnel sous la place Léopold, saluant la caravane qui s’engouffrait à plus de six mètres sous ses pieds.

JPEG - 119.3 ko
La horde part en guerre !

Douze années que nos compatriotes attendaient ça. Tour juste vingt-huit ans après les exploits de 1986, année de cette Belgique en demi-final du Mexique. D’ailleurs, certains arboraient encore, avec nostalgie, le maillot de ce dernier moment de délire footballistique que nous avons connu, tandis que d’autres jouent les astrologues avertis en se persuadant que : « En 1986, nous avions exactement le même calendrier, le 22 juin tombait également un dimanche, ça ne peut être que bon signe ».

JPEG - 76.8 ko
Foot et spleen

Cette mélancolie de l’heure de gloire d’après la victoire à l’eurovision de la chanson, en poussait plus d’un à entonner l’air du Grand Jojo : « Viva Mexico » en lieu et place du titre officiel de Stromae.

JPEG - 156.6 ko
Supporters loin du concert du Grand Jojo

Longues furent ces années qui suivirent, où les supportes belges n’avaient plus beaucoup d’occasion de faire la fête et en étaient même résignés à parader de la sorte, lorsque notre équipe n’avait pas perdu. Même si elle n’avait pas gagné pour autant.

Certains contemplaient, avec une amère déception, les allochtones défiler dans nos rues, toisant ceux qui n’avaient pu se qualifier.

JPEG - 126.3 ko
L’essence de la victoire
JPEG - 117.5 ko
Quand t’as pas d’auto ...

Mais cette fois-ci c’est différent : Loin d’être humilié, le supporter éclipserait même les autres nations vivant dans notre pays, jusqu’à faire oublier que l’Algérie partait elle aussi au combat ; Un supporter, perdu dans cette liesse populaire, me le rappela humblement, avant qu’il puisse, lui aussi, vivre cette allégresse.

JPEG - 106.6 ko
Supporter de l’Algérie

L’ivresse de la victoire, mélangée à celle des éthyles, laisse de côté les problèmes du quotidien : La fin annoncée du régime des pensions et celle d’une sécurité sociale qui s’écroule. Bref, de la fin de l’âge d’or !

JPEG - 108.9 ko
Ivresse sportive

Mais dès que nos footballeurs rentreront bredouilles du Brésil, l’euphorie retombera peu à peu, rendant à la morosité coutumière sa place traditionnelle. La gueule de bois restera l’unique souvenir que l’on aura pu conserver, tel l’écho d’un « Cerveza et circenses » qu’aurait prononcé un célèbre empereur Romain en pareil occasion.

JPEG - 143.3 ko
Liesse populaire

A présent, une page de publicité :

  • Les jeux sont ouverts ?
  • N’oubliez-pas votre Alka-Seltzer !
JPEG - 96 ko
Un belgologue ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden