Toute la vérité vraie sur l’attentat du 7 janvier

vendredi 9 janvier 2015, par Guy Niole

Malgré la demande de discrétion de la part des autorités judiciaires, soif de scoop et de sensationnel, nous tenons à vous faire part d’une information capitale à propos de l’attentat de ce 7 janvier, qui a fait, je vous rappelle, 12 morts.

Dans un premier temps, la piste islamique semblait incontournable. Cela fut si évident, que parmi les plus éveillés de notre monde, certains la jugeaient : Trop évidente que pour être la vraie.

Nous ne pouvions laisser les moins intellectuellement équipés d’entre-nous, demeurer dans l’obscurité et l’ignorance la plus totale.

Comme nous n’avions pas droit à l’erreur, notre notoriété étant mise en jeu, nous avons fait appel au plus grand spécialiste des complots mondiaux, le bien nommé Thierry Seymman. Lequel avait déjà fait preuve d’un brillant esprit d’analyse et de claire voyance à propos les attentats du 11 septembre.

Notre spécialiste s’était déjà mis au travail avant même que nous le contactions et nous avait avoué, en prieur, que cet attentat, comme nous le pensions, était bien l’œuvre d’un complot qui dépassait notre continent. Nous étions dans le bon.

Le professeur Seymman nous avait fait la brillante démonstration que la voiture retrouvée était un leurre et qui était très étonnant que des tueurs, si professionnels, eussent été aussi imprudents que pour y laisser leur pièce d’identité. Que d’ailleurs, cette histoire n’était pas sans rappeler les attentats du 11 septembre où nous avions retrouvé, comme par enchantement, la carte d’identité d’un des terroristes.

Selon lui, la piste israëlo-américaine ne faisait aucun doute.

Nous nous apprêtions à vous diffuser l’information, brûlante, lorsque l’imminent Philippe de Vouligny m’appela et me dit « Guy, je ne crois pas à la piste islamique. Les dates ne coïncident pas ! ».

En effet, l’expert en numérologie m’expliqua que les attentats islamiques avaient pour habitude, en Europe, de se dérouler le 11. Or celui-ci eut lieu le 7. Ca ne pouvait pas coller

Avec lui, nous avons épluché l’actualité, afin de découvrir quel acte terroriste s’était déroulé un 7. En peu de temps, nous sommes tombés sur la date du 24 novembre 2014, ce jour où les employés de Sony ne purent se connecter en raison d’un piratage commandité par la Corée du Nord.

Je n’y voyait aucun rapport, mais...

Mais très rapidement, notre maître des chiffres établit que 2 +4+1+1 (pour le 24 novembre) font 8 et qu’également 7+1 (pour le 7 janvier). Nous tenions enfin une piste sérieuse !

Notre collègue, Raoul Tabie, lequel avait déjà lu une fois un Agatha Christie, intervint pour nous rappeler qu’il ne pouvait pas avoir de crime sans mobile, que si nous le trouvions et que les faits concordent, alors notre piste ne pouvait que s’avérer juste.

Ce fut un jeu d’enfant. Le mobile, du premier attentat contre Sony, est que le film, qu’ils s’apprêtaient à diffuser, parodiaient leur dirigeant bien aimé : Kim Jong-un. Car ce dernier ne souhaitant vraiment pas que l’on ternisse son image.
Or il se trouve que le magazine Charlie Hebdo, projetait également de diffuser une série de caricatures du prophète Coréen et ce, malgré les menaces proférées depuis Pyongyang.

Nous pouvons donc conclure, avec la plus grande certitude, que l’attentat de ce 7 janvier a été commandité par la Corée du Nord.

CQFD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden