Homme-femme, une question de volonté...

mardi 17 mars 2015, par Guy Niole

A l’heure du débat sur la fessée, la théorie du genre fait son apparition dans notre pays. Harmonisation Européenne oblige, le gouvernement fédéral nous a commandé l’étude suivante : « L’identité sexuelle est-elle innée ou acquise ? » afin de légiférer en la matière pour lutter efficacement contre le sexisme.

Une fois de plus, notre éminent doyen ne s’est pas foulé et a compulsé, avec le sérieux qu’on lui connaît, les travaux de la neurobiologiste C Vidal (rien à voir avec Christian Vidal). Connue pour l’intégrité de ses études sur la sexualité du cerveau et ce malgré son engagement féministe ( Que certains qualifieraient d’intégrisme féministe, mais ce ne sont que des frustrés diront-elles).

Chevalière (rien à voir avec la bague, mais on ne veut pas d’ennui avec les féministes) de la légion d’honneur, elle est L’experte de la théorie du genre.

La sexualité est donc acquise

Démontrant habilement que les hormones n’ont aucune influence sur le comportement -évoquant que la plus belle preuve étant que de nombreux individus ont pu faire grève de la fin – que l’homme et la femme sont, en tout point, pareils. Il suffirait de peu pour conclure que, si les hommes ne peuvent enfanter, ce n’est uniquement dû à un manque de volonté de leur part. Ils ne sont bons qu’à se vautrer devant la télé ces fainéants, conclura-t-on (laveur).

Les actions recommandées par l’Europe et le lobby des partisanes

De cette étude, un projet de loi, qui ravira Laurette, est né dont l’optique est de gommer toutes différences entre hommes et femmes, dont voici les sanctions les plus significatives :

  • Tout homme urinant debout aura le sexe tranché
  • Tout homme surpris avec une voix grave, sera castré (pour lui rendre une vois plus aiguë semble-t-il)
  • Tout homme surpris avec des cheveux courts sera rasé (paradoxal, mais la loi est la loi)
  • Tout homme affichant des signes de pilosité sur le visage sera écorché vif.

Bien entendu, la Jupiler sera interdite. Mais ça, les hommes savent pourquoi.

Là où les uns luttent contre le racisme, puisque les différences font la richesse, d’autre, au contraire, voudraient que nous soyons tous parfaitement égaux à en gommer ce qui est l’essence même de la vie : La sexualité.

Encore ce matin, le professeur Glucorticoide s’exclama : « Encore des projets de loi qui nous font comprendre qu’ils n’ont vraiment que ça à foutre. Et l’inégalité sociale, ça ne les intéresse pas ? ».

Comme quoi, le sexisme est vraiment partout, même dans notre faculté ! N’est-ce pas Laurette ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden