J’ai la frite ! Et vous ?

jeudi 16 mars 2006

Nous, Professeur RUDY VAN GEVONDEN , avons continué à utiliser le budget que la FACULTE nous a alloué pour explorer l’impitoyable monde des offres d’emplois belges, car il s’agit là d’un excellent terrain d’expérimentation sociale, voire d’expérimentation toute courte.

Aujourd’hui, nous découvrons un véritable chef-d’oeuvre. Et comme aurait chanté le magnifique NINO FERRER : non ti capisco piu.

Il s’agit de : PERSONNEL DE FRITERIE.

Pour commencer : à BINCHE, ville connue pour arnaquer les gens depuis des lustres, vu qu’on y recycle des oranges pourries sous forme de frites chaque année vers le mois de mars. Les clients n’y voient que du feu (frites obligent), d’ailleurs le KARNAVAL aussi n’est que de la prout aux yeux et de la poudre odieuse.

Ensuite, le tenancier de l’endroit est comme Marie Di Rupo ou Elio Arena, italien de souche ( une souche italienne, c’est quoi ?) Nous n’y voyons aucun mal, au contraire, à Binche, tout le monde est italien.

Il faudra : préparer les aliments à cuire ... ou cuire les aliments à préparer ? Il eût été plus simple d’écrire : savez-vous décongeler des brochettes ?

Aussi : vous cuirez les frites et autres aliments. Pas d’accord avec cette assertion ! La frite n’est pas un aliment, elle est une institution. Précision indispensable !

Le gérant nous précise que la friterie est bien desservie par les transports en commun. Donc, 20 jours par an, car on sait que le personnel des TEC est maltraité. Et puis, la frite, n’est-ce pas un plaisir, donc un transport peu commun ?

Et enfin, on nous dit : une première expérience réussie en friterie est un atout. Franchement, là, la Belgique entière
peut postuler à ce poste.

Bien à vous,

RUDY VAN TROUVE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden